Amour, luxe et jet-set: un procès opposant un milliardaire québécois et son ex-compagne qui lui réclame des millions défraie la chronique cette semaine au Québec et pose le problème des droits des conjoints non mariés dans la province francophone canadienne.Piment supplémentaire: l’identité de l’ex-couple ne peut être révélée en raison de la législation locale. Mais c’est un secret de polichinelle pour beaucoup de monde car, selon la presse locale, il n’y a que six milliardaires au Québec et les deux “ex” ont comparu devant un tribunal de Montréal.

Le milliardaire est venu expliquer jeudi pourquoi il n’avait jamais épousé la jeune femme qu’il avait rencontrée sur une plage au Brésil alors qu’elle avait 17 ans et lui 32, et avec qui il a eu trois enfants.

“Le mariage, ce n’est pas ma +cup of tea+ (tasse de thé). J’ai une opinion là-dessus depuis que je suis un jeune adulte”, a-t-il déclaré, selon la presse locale.

Sa compagne brésilienne, dont il est séparé depuis 2001, l’a attaqué en justice pour obtenir une partie de sa fortune et contester en même temps la législation québécoise.

Au Québec, contrairement au reste du Canada, les couples vivant en union libre -ce qui est le cas d’un tiers des couples- doivent verser une pension alimentaire aux enfants en cas de séparation, mais ne sont pas tenus de subvenir aux besoins de leur ex-conjoint.

Surnommée Lola par les médias, la jeune femme de 34 ans, réclame une somme forfaitaire de 50 millions de dollars canadiens (31,2 millions d’euros), plus 56.000 dollars par mois, pour soutenir le train de vie auquel elle a été habituée pendant leurs années de vie commune. Elle se plaint notamment de devoir voyager en classe économique avec ses enfants alors qu’ils se déplacent en avion privé avec leur père.

Monsieur, alias Eric dans cette affaire, juge “excessivement exagérées” les demandes de Madame.


0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.