En Vendée, un quadragénaire est accusé d’avoir violé et tué une femme de 23 ans, lors de leur première rencontre.

La jeune femme de 23 ans était vendeuse à la Roche-sur-Yon.  (AFP) La jeune femme de 23 ans était vendeuse à la Roche-sur-Yon. (AFP)

Le procès d’un quadragénaire, accusé d’avoir tué une femme de 23 ans rencontrée sur Internet, lors de leur premier week-end en face à face, en octobre 2007, s’est ouvert, jeudi 20 mai, devant la cour d’assises de Vendée.

A l’entrée de la cour jeudi, l’accusé a refusé de se lever et est resté muré dans le silence. Il n’a pas eu un regard pour la famille de la victime.

Présenté comme froid et asocial, Olivier Yacé était un habitué de la drague sur internet. Il avait été condamné, trois semaines avant le meurtre, à de la prison avec sursis pour des menaces de mort envers une précédente conquête.

Avant de rencontrer sa future victime, Corinne Merlet, il avait entretenu une relation virtuelle durant deux mois avec elle. Il l’avait rejointe pour la première fois chez elle à la Roche-sur-Yon, où la jeune femme venait de s’installer après avoir trouvé un emploi de vendeuse.

La première soirée s’était passée sans incident, selon l’enquête. Mais la jeune femme, qui travaillait le lendemain, avait confié à une amie qu’elle était déçue par la rencontre et souhaitait mettre fin à la relation.

Violée et étranglée

Rentrée chez elle plus tard que prévu le samedi soir, l’homme l’aurait violée et étranglée avec la cordelette de son sweat, selon l’accusation. Il aurait ensuite essayé de s’endormir à ses côtés mais aurait été « gêné par la froideur du cadavre ».

Après avoir descendu le corps au sous-sol, l’homme n’avait ensuite quitté le pavillon que le dimanche, pour regagner le domicile de sa mère à laquelle il avait confié « avoir fait une bêtise ». Sur ses conseils, il s’était constitué prisonnier au commissariat de Choisy-le-Roy, sans reconnaître le viol.

Sur internet, il mentait sans complexe pour séduire. Il se rajeunissait d’une douzaine d’années et s’inventait des études de médecine.

A sa précédente petite amie, il avait écrit au moment de leur rupture: « Tes parents viendront pleurer sur ta tombe. Je vais faire un crime passionnel. »

(Nouvelobs.com avec AFP)

1 réponse
  1. nathalie
    nathalie dit :

    bonjour,
    je tenais à vous dire que j’étais la dernière personne à avoir vu corinne et qu’elle m’avait choqué par ces propos du fait qu’elle m’avait dit qu’elle aimerais qu’il parte pour sortir avec ses copines.
    Il faut vraiment ne pas être humain pour fair se qu’il a fait et je lui souhaite les pire choses qu’il puisse exister sur cette terre!!!

    cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Répondre à nathalie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.