Articles

AFP 13.01.10 | 23h03

La Cour suprême a interdit mercredi toute diffusion en direct audio et vidéo des débats qui se tiennent actuellement devant un tribunal fédéral de Californie sur le mariage gay.

Dans une décision à cinq juges contre les quatre juges progressistes de la plus haute juridiction des Etats-Unis, la Cour estime que le tribunal de San Francisco devant lequel se tient le procès depuis lundi n’a pas suivi la procédure prévue pour modifier son règlement et autoriser l’entrée de caméras dans la salle d’audience.

Elle explique cependant clairement dans sa décision qu’elle « n’exprime aucun avis sur le bien-fondé en général à retransmettre des procès ».

« Au contraire, notre décision est limitée à un seul problème: savoir si la manière dont le tribunal a amendé son règlement pour autoriser la retransmission est en accord avec la loi fédérale », poursuit la Cour. « Nous concluons qu’il est probable que non », ajoute-t-elle, en précisant juger « prématuré » de se prononcer plus largement sur la retransmission des procès sur internet.

Quelques jours avant l’ouverture de ce procès, au civil, décision avait été prise par le président du tribunal que ses débats seraient retransmis en direct dans cinq autres tribunaux du pays. L’idée d’une retransmission sur internet avait été abandonnée.

Mais des opposants au mariage homosexuel avaient porté la question de la diffusion en direct devant la Cour suprême.

Dans leur décision contradictoire, les quatre juges minoritaires estiment que le tribunal a suivi les règles. « Je ne peux trouver aucune base dans la décision de la Cour (pour affirmer que) si la retransmission des débats avaient lieu dans d’autres tribunaux, le plaignant souffrirait un préjudice », écrit le juge Stephen Breyer.

Il cite en outre « l’intérêt du public à observer les audiences pour apprendre des choses tant sur ce dossier que sur la manière dont fonctionnent les tribunaux ».

Juges progressistes et conservateurs ont traditionnellement été opposés sur cette question des procès filmés qui fait régulièrement débat.

Les défenseurs du mariage gay ont déposé une plainte contre une loi adoptée en novembre 2008 par référendum – la « Proposition 8 » -, qui avait annulé la décision de la Cour suprême de Californie d’autoriser les unions homosexuelles.

Selon eux, la Proposition 8 est discriminatoire et contraire à la Constitution des Etats-Unis.

C’est cette question qui est actuellement en discussion devant le tribunal fédéral de San Francisco.

Divertissement01234 (17 votes)

Douze hommes en colère

  • Genre : Spectacle
  • Tous publics

Résumé :

Les douze jurés du procès d’un adolescent noir de 16 ans, accusé d’avoir poignardé son père, sont enfermés dans une pièce le temps des délibérations. Si ces hommes rendent le verdict «coupable», plus rien ne s’opposera à la peine de mort. Et tout accuse le suspect : la voisine d’en face l’a vu, le vieil homme du dessous l’a entendu, un commerçant lui a vendu, le soir du meurtre, le couteau qu’on a retrouvé dans le corps de son père. Pourtant, lors du vote qui doit décider du verdict final, un juré ne lève pas la main pour désigner le jeune accusé coupable, car il n’est pas sûr de sa culpabilité. L’unanimité étant requise, un long débat s’annonce. Au cours des discussions, chacun adopte une position qui ne cesse de changer au rythme des arguments fournis.

Casting :

Critique :
A contre-emploi, Michel Leeb mène tambour battant ce huis-clos haletant. Prenant, ce thriller, écrit par Reginald Rose en 1953 et adaptée au cinéma par Sidney Lumet en 1957, est incroyablement contemporain. Rachel Letellier + Uriell Ceillier

Ajouter à mon journal Nouveau rebondissement dans l’incroyable saison de Secret Story qui se déroule sous nos yeux sur TF1 depuis quelques semaines.

Le magazine Télé 7 jours annonce dans son numéro qui paraitra lundi prochain que 2 candidats actuellement dans la maison vont saisir la justice, dès leur sortie. Leur avocat sera le désormais célèbre Maitre Jérémie Assous.

Comment peut-il en être certain, alors que les candidats n’ont aucun contact avec l’extérieur ? L’avocat explique qu’il avait convenu d’un code de couleur de vêtements avec les candidats qui étaient venus le voir avant le début du jeu. Le port d’une certaine couleur un jour donné, signifiait le souhait d’attaquer Endemol.

Me Assous explique à Télé 7 jours que les candidats vont demander entre 1.500 et 7.000 euros par jour de tournage et par personne.

© Nathalie Guyon-France 5

© Nathalie Guyon-France 5

© Nathalie Guyon-France 5

L’ancien PDG de France Télévisions, Marc Tessier, a été condamné jeudi par le tribunal correctionnel de Paris pour provocation à la haine envers les Roms, après avoir diffusé en février 2005 sur France 5, une émission “C dans l’air” consacrée à la délinquance parmi les gens du voyage.

En revanche, l’animateur Yves Calvi, ainsi que le criminologue Xavier Raufer, invité sur le plateau de l’émission, ont été relaxés, les magistrats de la 17e chambre considérant que leurs propos n’avaient pas “incité le public à la discrimination envers les Roms”.

Intitulée “Délinquance, la route des Roms”, l’émission était accusée par les associations de Roms, le Mrap, la Licra et la Ligue des droits de l’Homme d’avoir fait “l’amalgame entre les Roms et la délinquance”.

Cette émission, avaient rappelé plusieurs avocats à l’audience, a déjà fait l’objet d’un “avertissement” de la part du Conseil supérieur de l’audiovisuel qui a estimé que certains passages pouvaient “être susceptibles de renforcer les préjugés racistes”.

Le procureur avait lui dénoncé “l’absence de précautions” de l’animateur dont l’émission a entretenu “les clichés tenaces” sur les Roms. Jeudi, le tribunal correctionnel a considéré qu’Yves-Marie Laulan, qui était intervenu dans l’émission en sa qualité d’expert des questions démographiques, avait eu des propos beaucoup moins prudents qu’Yves Calvi et Xavier Raufer.

“En affirmant, sans nuances ni preuves avancées, que le taux de criminalité est nettement plus important chez les Roms, que ceux-ci constituent une menace sérieuse, du moins financièrement, pour la France, qu’il faudrait enlever les enfants à leurs parents, mais que de toute façon, il n’y a pas pour eux de possibilité d’intégration crédible, Yves-Marie Laulan (…) instille l’idée que parce qu’une personne appartient à ce groupe ethnique, elle en deviendrait elle-même individuellement inassimilable”, écrit le tribunal, regrettant des propos discriminatoires.

Tandis que M. Laulan a été condamné à une amende de 3.000 euros, Marc Tessier, en tant que directeur de la publication, devra payer 5.000 euros. Ils devront également verser solidairement 2.000 euros de dommages et intérêts à certaines associations.

A partir du samedi 4 avril 2009 à 16h55, la collection documentaire Verdict s’intéresse à des affaires criminelles françaises peu médiatisées ; des histoires comme il s’en juge tous les jours par dizaines dans les cours d’assises…

Lis moi avec webReader

En plaçant le téléspectateur au cœur de la cour et en le rendant juré de fait du procès, chaque film lui permet de se faire progressivement son opinion sur l’innocence ou la culpabilité de l’accusé, mais aussi de saisir la difficulté des juges à prononcer un verdict.

Programmation :

L’affaire Laude-Sansuc Samedi 4 avril à 16h55 Mardi 14 avril à 21h40

L’affaire Brémand Boulvais Samedi 11 avril à 16h55 Mardi 21 avril à 21h40

L’affaire Lancel Samedi 18 avril à 16h55 Mardi 28 avril à 21h40

L’affaire Corne Samedi 25 avril à 16h55 Mardi 5 mai à 21h40

L’affaire Peillon Samedi 2 mai à 16h55 Mardi 12 mai à 21h40

L’affaire Parra Samedi 9 mai à 16h55 Mardi 19 mai à 21h40

L’affaire Boutolleau Samedi 16 mai à 16h55 Mardi 26 mai à 21h40

L’affaire Corrèges Samedi 23 mai à 16h55 Mardi 2 juin à 21h40

L’affaire Berst Samedi 30 mai à 16h55 Mardi 9 juin à 21h40.


Le samedi 28 mars, à 17 heures, les deux chaînes proposeront conjointement une spéciale consacrée à la réforme de l’instruction.

Présentée par Arnaud Ardoin et Anne Gintzburger, l’émission Le Juge d’instruction en question proposera un débat sur la réforme de la justice. Des experts y seront auditionnés par 7 parlementaires spécialistes du sujet, dont Marylise Lebranchu, Philippe Houillon et André Vallini.

En présence d’élèves de l’École nationale de magistrature, l’émission se déroulera dans la salle Lamartine de l’Assemblée nationale, où s’est notamment tenue la commission d’enquête sur l’affaire d’Outreau.

Le programme sera rediffusé le dimanche 29 mars, à 20 h 40 sur Planète justice et à 21 heures sur La Chaîne parlementaire.

P.C.
05/03/2009 – 13:48

 

 

Dexter ou la justice Ultime

 

 

 

« Dexter », série américaine qui vous plonge dans le politiquement incorrecte aussi sûrement qu’il vous enfoncerait un couteau dans le ventre.

 

Visage angélique et beau sourire, Dexter est un sérial killer
dexter-affiche2

Dexter est une série télévisée américaine créée par James Manos Jr d’après le roman de Jeff Lindsay, Ce cher Dexter, et diffusée depuis le 1er octobre 2006 sur Showtime. En Belgique francophone, la série est diffusée depuis le 17 mars 2007 sur Be Séries et depuis le 22 mai 2008 sur RTL-TVI ; en France, depuis le 17 mai 2007 sur Canal+, et le sera après sur TF1 dans une version qui sera probablement allégée de certaines scènes.

Expert en analyse de traces de sang dans la police le jour, tueur en série la nuit, Dexter Morgan n’est pas exactement un citoyen américain comme les autres. Il porte, en effet, un lourd secret. Traumatisé dans sa plus tendre enfance puis recueilli par un officier de police de Miami, il se dit incapable de ressentir la moindre émotion. Incapable… si ce n’est lorsqu’il satisfait les pulsions meurtrières que son père adoptif lui a appris à canaliser : de fait, Dexter ne tue que les autres tueurs qui sont parvenus à échapper au système judiciaire, afin de protéger les innocents. Dexter se pose donc comme un véritable justicier de l’ombre, et bien que sa soif de tuer lui pèse, il parvient à mener une existence relativement normale et à sauver les apparences auprès de ses collègues, amis et petite amie.

. Un cocktail d’ingrédients pour une serial série !

La série reprend les lieux, les personnages et le début du roman Ce cher Dexter, cependant les auteurs de la série ont préféré se détacher de la fin de celui-ci et de ne pas suivre le deuxième roman, Le Passager noir. La série et le livre peuvent donc être considérés comme deux histoires sensiblement différentes.

Cette série marque le retour à la télévision de Michael C. Hall révélé dans Six pieds sous terre et de Julie Benz connue pour son personnage de Darla dans Buffy contre les vampires puis Angel.

Dexter reprend le thème du personnage à double visage, modèle professionnel d’un côté, tueur en série de l’autre, à l’instar du personnage de Patrick Bateman imaginé par Bret Easton Ellis dans le livre American Psycho, paru en 1991, adapté au cinéma en 1999 par Mary Harron. La première saison comporte plusieurs références à ce sujet :

  • en premier lieu, le générique de début rappelle fortement celui du film, jouant avec le thème de la couleur rouge, propre au sang, véritable s’agissant du générique de Dexter, simple pulpe de fruit dans American Psycho (Dexter y découpant par ailleurs également une orange sanguine) ;
  • plus explicitement, Dexter, afin d’obtenir des tranquilisants pour animaux, utilise le pseudonyme Patrick Bateman ;
  • de plus, dans l’épisode 1- 8 (Démystification [VF] / Shrink Wrap [VO]), Dexter, se rendant chez un psychanalyste, se fait alors appeler Sean Ellis. Sean étant le prénom du frère de Patrick Bateman (protagoniste du film Les Lois de l’attraction), Ellis le nom de son auteur précité.

L’épisode neuf se termine par un extrait de la chanson Have you ever seen the rain? de Creedence Clearwater Revival, déjà utilisé de la même manière à la fin du premier épisode de la série Cold Case.

La grève des scénaristes américains commencée en novembre 2007 a pour conséquence l’arrêt de la production de nombreuses séries, ce qui entraîne une pénurie d’épisodes inédits. Pour pallier en partie cela, CBS (Showtime appartient au conglomérat CBS Corporation) décide de diffuser la première saison de Dexter à partir du 17 février 2008. Les épisodes sont censurés de certaines scènes qui ne correspondraient pas à une diffusion grand public.

Le 21 octobre 2008, en pleine diffusion de la troisième saison la chaîne Showtime commande deux saisons supplémentaires de douze épisodes chacune. La production de la quatrième saison est prévue pour débuter au printemps 2009.

. Envisager la mort comme ultime outils juridique ?

Un héros qui s’est mis en quête de justice grâce à un don très particulier : celui de donner la mort.

La justice ne pourrait alors plus se passer de la mort pour véritablement exister, voilà le postulat que notre héros fait en observant la décadence du monde qui l’entoure et l’impuissance de la justice face au crime.

Est-ce alors une excuse pour tuer des criminels, semble-t-il avéré ?

Chez Dexter le meurtre est dans sa nature il sait qu’il devra tuer, cette faille judiciaire devient alors le prétexte tant attendu et totalement assumé. Dexter doué d’une intelligence hors-norme ne peut qu’être l’instrument de Dieu.

Ainsi il devient claire pour un téléspectateur avisé que seul ceux qui s’octroient un caractère divin peuvent donner la mort au nom de la justice.

Et serait-ce à dire que Les Etats-Unis et son gouvernement se considèrent comme la main de Dieu ?

La question qui se pose alors est effrayante de simplicité peut-on être saint d’esprit et pratiquer la peine de mort ?

 

 

. Une justice sans pitié dans un monde sans pitié !

Peut-on mener de front un travail de flic, une carrière de tueur et une tentative de vie personnelle lorsqu’on est dépourvu d’émotions ?

Le meurtrier qu’on aime aimer…

Miami, un médecin légiste particulièrement doué et méticuleux mène une vie calme et rangée. Il est très apprécié par ses collègues (sauf un) et attentif à son entourage. Pourtant sa gentillesse et son altruisme sont feints. Derrière son apparence de gendre idéal se cache en réalité un tueur. Il n’est pas vraiment sans pitié car ses victimes ont toutes fait quelques choses de mal : commettre un meurtre et échapper à la justice…
Outre l’originalité du scénario, il faut noter l’atmosphère toute particulière de la série. On est rapidement plongé dans l’histoire, on s’attache vite aux différents personnages, à leur vie respective ainsi qu’à la relation qu’ils entretiennent avec Dexter. Les amateurs du genre devraient être ravis par les aventures de ce jeune justicier/meurtrier…

Jennifer Carpenter, soeur de Dexter, flic ambitieuse et talentueuse jennifer-carpenter2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Dexter et son collègue divorcé Angel sur le lieu d’un crime

angel2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Doakes (Eric King) et Maria Laguerta(Lauren Velez), flic jusqu’au-boutiste et cheftaine de la brigade criminelledoakes2

 

 

 

 

 

 

 

 

. Donner des idées aux psychopathes en herbe ?

Personnellement j’adore cette série car elle est décalée, magnifiquement réalisée et pas puritaine pour un dollar (ce qui est généralement le défaut N°1 d’une série américaine), chacun peut y voir sa propre morale car au fur et à mesure de la série, de ses saisons et épisodes successifs, toutes les valeurs de Dexter ou des autres personnages se voient malmenées, détruites, modifiées…

J’entends maintenant ici une partie des spectateurs à tendance « bien à penser » faire la critique de cette admiration d’un héros serial killer.

En effet, tout est fait dans cette série pour que Dexter soit admirable, tant il est hors normes.

Alors, existe-t-il un danger réel que ce dernier soit imité par ses fans et que les palais de justice grouillent de serial killer aussi organisés que Dexter Morgan ?

Je ne peux ici pas répondre à cette question, peut-être en saurons nous un peu plus quand le jeu vidéo va sortir, car en effet, Mark Ecko Entertainment vient d’annoncer la mise en chantier d’un jeu vidéo basé sur la série Dexter. Les fans du serial killer auront donc bientôt le droit d’incarner le fameux Dexter Morgan et de rendre la justice à sa manière. Le jeu est actuellement en phase de pré-production, plus d’informations dès que possible…

. Dexter est-il vraiment inhumain et dépourvu d’émotions ?

Tout serait plus simple si Dexter Morgan était réellement dépourvu d’émotions comme il tente en vain de s’en persuader tout au long de cette série qui « kill » tout autre série du genre !

 

Non, le problème avec Dexter est sans doute que son inhumanité nous rappelle les faiblesses de notre humanité ?

 

 

 

Benjamin Brame

(pour intime conviction.fr)

 

 

 

 

 


 

Le mardi 24 février, à 20h45, la chaîne Planète Justice propose un documentaire fiction inédit de 90 minutes : Les Acquittés, un zoom sur les défaillances du système judiciaire américain.

Pour ce faire, Bob Baladan le réalisateur met en scène six acteurs : Susan Sarandon (Thelma et Louise, Les sorcières d’Eastwick), Aidan Quinn, Danny Glover (l’Arme fatale), Brian Dennehy et Delroy Lindo qui campent tous les rôles d’anciens détenus, finalement relaxés pour innocence.


©Oasis
Véritable reconstitution de faits, le documentaire se tisse au fil de dossiers, d’interviews et autres correspondances. Autant d’éléments permettant de relater le parcours de personnes prises dans les rouages de la justice, ainsi que leur combat pour y échapper.


- Les Acquittés, 24 février à 20h45 sur Planète Justice

Source