« La jalousie, ce monstre aux yeux verts qui produit l’aliment dont il se nourrit”, William Shakespeare, l’avait dit quatre siècles auparavant et cela se confirme encore dans le monde d’aujourd’hui avec des crimes passionnels, rempli de jalousies mortelles qui poussent l’homme a devenir un assassin. Chandraduth Jahul n’a pu surmonter sa jalousie en soupçonnant l’amour de sa vie de la tromper. Il l’a tué et devra passer au moins 30 ans derrière les barreaux.

Chandraduth Jahul éclate en sanglots en cour d’Assises cette semaine. Cet ébéniste d’une trentaine d’années était un homme sans histoire jusqu’au jour ou il devait assassiner avec l’aide d’un couteau  celle qu’il aimait et qu’il voulait épouser.

La sentence du juge Caunhye est prononcée dans un silence absolu. La juge conscient sur le fait que l’accusé ait plaidé coupable ne sera néanmoins pas clément envers lui. Il lui a inflige une peine de trente ans de réclusions criminelles mais Jahul pourra bénéficier d’une réduction de 40 mois de prison, période durant laquelle il a passé en détention dans l’attente de son procès.

Pourquoi avoir tué  la femme qu’il aimait. L’histoire d’amour entre l’ébéniste et Lutchmee Poorun commence dans un village de Pointe aux Piments. Lutchmee était la femme du voisin de Chandraduth. Ce dernier avait même joué de la musique lors des célébrations des noces de Lutchmee. Il s’était lie d’amitié avec elle et par la suite il devait profiter des sérieux problèmes conjugaux que Lutchmee faisait face dans son couple pour la consoler. L’amitié entre les deux devait donc se concrétiser en amour. Les voisins devinrent des amants et cela devait durer. Ils se donnaient souvent rendez-vous dans la capitale loin des regards accusateur des villageois. Ils entretenaient discrètement leur liaison et plus tard, les choses se tournaient tellement au vinaigre dans le couple de Lutchmee qu’elle devait déserter le toit conjugal a Pointe aux Piments et alla se refugier chez ses parents. Pour Chandraduth, c’est un espoir de pouvoir conquérir sa bien-aimée et l’avoir pour lui toute seule. Il voulait avoir Lutchmee non comme sa maitresse mais comme son épouse. Lutchmee lui avais dis qu’elle allait entreprendre les procédures de divorces. Chandraduth avait de son côté informé ses parents de son projet de se marier avec Lutchmee.

Cependant, les relations extra conjugales que le couple entretenaient ne devait pas se tourner en un couple modèle. Des disputent éclataient souvent entre Chandraduth et Lutchmee.

Le refus de l ;ebeniste d’aller rejoindre sa bien-aimée a un rendez-vous galant devait lui faire perdre l’estime de cette dernière. Lutchmee ne repond plus a ces appels. Sa jalousie lui monte au crane. Il pense que Lutchmee le trompe, et plus tard il est convaincu d’etre cocu.

Il decide donc de clarifier tout cela avec Lutchmee. La rencontre est fixeea dans un shivala (temple hindou qui vénère le dieu Shiva) a Baie du Tombeau a moins de cent mètres du poste de police de la localité. Il est au petites heures du matin du 15 juin 2006. Chandraduth avait emmené un sabre avec lui. Pas du tout convaincu des explications de Lutchmee qui avait dans la même foulée refuser de lui dire a qui elle parlait souvent au téléphone, Chandraduth perd son sang froid et agresse mortellement Lutchmee dans ce temple. L’autopsie pratiquée par le Dr Satish Boolell attribuera la mort de la jeune femme aux multiples blessures infligées par l’accusé. Chandraduth, conscient d’avoir commis un homicide se rendit immédiatement au poste de police et avoué son crime.

En cour d’assises, Chandraduth a exprimé ses remords. Il s’est dit conscient de l’acte irréversible qu’il avait commis trois ans de cela, Pour lui, c’est par amour qu’il a fait cela.

L’homme a imploré la clémence du juge Caunhye mettant a l’avant sa maladie, le diabète qui la tourmente et plaidant sur le fait qu’il a fait ce qu’il ne fallait pas, par amour et par impulsion.

Les cris de cet homme jaloux ont été insuffisant pour faire le juge change son opinion sur lui car la poursuite a mis a l’avant la sauvagerie dans laquelle Lutchmee Poorun fut achevé. Le juge Caunhye relève lui-même le point de contradiction chez Chandraduth. Un homme qui se dit fou d’amour pour une femme mais qui l’achève dans une tuerie atroce.

Le juge a donc infligé une peine sévère.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.