Nouveau procès en février pour l’ex-gouverneur de la Banque d’Italie

18 septembre, 2009 par Nicolas Mortel
classé dans Justice

L’ancien gouverneur de la Banque d’Italie, Antonio Fazio, va être jugé dans le cadre d’un deuxième procès pour son rôle présumé dans un retentissant scandale bancaire qui avait secoué l’Italie en 2005, a annoncé vendredi le juge chargé du dossier.

Ce procès concernant la tentative d’OPA de l’assureur Unipol sur Banca Nazionale del Lavoro (BNL) pour barrer la route à la banque espagnole BBVA s’ouvrira le 1er février à Milan, la capitale économique dans le nord du pays, a décidé le juge Luigi Varanelli au cours d’une audience, ont rapporté les agences italiennes.

Parmi les autres personnes qui seront jugées pour agiotage, délit d’initié et obstacle à l’autorité de vigilance, figurent les anciens président et vice-président d’Unipol, Giovanni Consorte et Ivan Sacchetti.

Le scandale des banques italiennes avait éclaté fin 2005 quand des irrégularités avaient été révélées dans les tentatives d’OPA de la BPI sur Banca Antonveneta et de d’Unipol sur BNL pour barrer la route respectivement à la néerlandaise ABN Amro et à BBVA.

M. Fazio est accusé d’avoir favorisé BPI et Unipol au nom de la défense de l’ »italianité » des banques. Face au scandale, il avait démissionné de son poste en décembre 2005, mettant fin à plusieurs mois de tension avec le gouvernement de Silvio Berlusconi, mais il a toujours clamé son innocence.

L’OPA d’Unipol avait été finalement rejetée en janvier 2006 par la Banque d’Italie après la démission de M. Fazio.

M. Fazio, remplacé à la tête de la banque centrale par Mario Draghi, est également jugé dans le cadre d’un procès concernant l’affaire BPI/Antonveneta qui a démarré fin octobre 2008 à Milan.

(avec AFP)

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.