Laurent Martin est jugé pour avoir tiré une balle de 22 long rifle et tué à Limoges un jeune homme qui faisait du quad.

« J’étais à bout, j’ai pété un plomb et la colère est montée d’un seul coup » : c’est en ces termes que Laurent Martin a raconté jeudi devant la cour d’assises de la Haute-Vienne la nuit du réveillon de Noël 2006. Ce soir-là, il avait chargé sa carabine de 22 long rifle et tiré depuis la fenêtre de sa cuisine dans une cité de Limoges. A 90 mètres de là, Karim Zaiter, qui circulait sur un quad, avait été mortellement atteint en pleine poitrine.

A la barre, Laurent Martin a raconté d’une voix plate ses difficultés professionnelles et familiales à l’époque, son travail d’agent de sécurité la nuit qui l’épuisait et sa femme qui venait de lui annoncer son intention de divorcer. Le bruit des quads aurait été le dernier élément déclencheur de sa colère.

Un comportement de « sniper », de « tueur » ? Laurent Martin, adepte de tir sportif, a rejeté les accusations formulées par les avocats des parties civiles. Il assure avoir pris une balle « au hasard » puis tiré à l’aveugle pour viser un pneu. Deux experts en balistique avaient déjà estimé mercredi que Laurent Martin n’a vraisemblablement pas pu viser sa victime qui était trop loin et bougeait. D’autant que sa carabine était mal réglée.

La notion de préméditation ayant déjà été écartée, la défense espère que Laurent Martin met désormais en avant un homicide involontaire. Le verdict est attendu jeudi en fin de journée.

Europe1.fr avec Stéphane Barnoin

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.