Article publié le 01/08/2009 Dernière mise à jour le 01/08/2009 à 23:56 TU

Ils sont les premiers à comparaître devant la justice. Une centaine de manifestants, arrêtés en juin, pour avoir contesté la réélection de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence de la République islamique. Parmi ces accusés jugés ce samedi, devant le tribunal révolutionnaire de Téhéran, on compte plusieurs dirigeants du camp réformateur. Les personnes jugées sont passibles de 5 années de prison.
Mohammad Ali Abtahi, ancien vice-président iranien (3<sup>e</sup>&nbsp;à d), comparaît devant le tribunal révolutionnaire à Téhéran, le 1<sup>er</sup>&nbsp;août 2009.(Photo : Reuters)Mohammad Ali Abtahi, ancien vice-président iranien (3e à d), comparaît devant le tribunal révolutionnaire à Téhéran, le 1er août 2009.
(Photo : Reuters)

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

Plusieurs dirigeants importants du camp réformateur font partie de la centaine d’accusés traduits devant le tribunal révolutionnaire de Téhéran pour action contre la sécurité nationale. Parmi eux, il y a notamment l’ancien vice-président iranien chargé des relations avec le Parlement, Mohammad Ali Abtahi, un homme très proche de l’ancien président réformateur, Mohammad Khatami.

Au cours du procès, Mohammad Ali Abtahi a déclaré qu’il n’y avait pas eu de fraudes lors de la présidentielle, contrairement aux affirmations des candidats de l’opposition. Il y a aussi d’anciens vice-ministres, notamment ceux de l’Economie et des Affaires étrangères. La présence d’anciens hauts responsables réformateurs montre en tout cas la détermination du pouvoir.

Les manifestants jugés à partir de ce samedi, sont notamment accusés de port d’armes et de grenades, d’attaques contre les forces de l’ordre et les miliciens islamistes et d’envois d’images des manifestations aux médias étrangers. Ils sont accusés d’avoir perturbé l’ordre et la sécurité nationale et d’avoir eu des liens avec les Moujahidine du Peuple, principal mouvement d’opposition en exil.

Les personnes jugées risquent jusqu’à 5 ans de prison, selon l’acte d’accusation. Ce procès intervient à quelques jours des cérémonies d’investiture du président Ahmadinejad qui doit prêter serment le 5 août prochain, devant le Parlement, avant de présenter son nouveau gouvernement.

Un procès marqué par le flou qui entoure à la fois le nombre et l’identité des accusés, mais également les crimes dont ont les accuse. Les explications de notre consœur de la section persane de RFI… Faranguis NAZER

Un procès marqué par le flou…

«… le nombre des accusés… vingt.. trente… samedi, ils étaient une centaine dans la salle du tribunal…on ne sait pas si les accusés ont pu bénéficier d’un avocat, leurs noms ne sont pas cités… »

02/08/2009 par Stéphane Lagarde

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.