Le meurtre de Sabria bientôt jugé

Le 1er septembre 2003, Sabria Moufoued, une Vierzonnaise de 31 ans, est retrouvée noyée dans le canal de Berry, en plein centre-ville de Vierzon. Avant d »être jetée à l »eau, elle a été frappée. Du 16 au 18 septembre prochains, six ans plus tard, deux hommes seront jugés pour ce meurtre par la cour d »assises du Cher.
Au début, c »était l »affaire de la « noyée de Vierzon ». Puis c »est devenu l »affaire Sabria Moufoued, du nom de cette Vierzonnaise de 31 ans, retrouvée morte dans le canal de Berry, quai du Bassin, en plein centre-ville de Vierzon. C »était le 1er septembre 2003, en milieu d »après-midi.Six ans plus tard, du 16 au 18 septembre prochains, la cour d »assises du Cher se penchera enfin sur cette mort. Deux hommes, présumés innocents, seront jugés : Boubker Erroussi, 36 ans, et Djemel Zaoui, 34 ans. Accusés de meurtre, tous les deux ont fait un peu plus d »un an de détention provisoire, avant d »être libérés et placés sous contrôle judiciaire en septembre 2004.

Sabria, mère de deux casino online enfants élevés par leur grand-mère, habitait le quartier populaire du Clos-du-Roy, à Vierzon. Comme ses deux meurtriers présumés, elle fréquentait le milieu toxicomane vierzonnais.

L »affaire débute avec la découverte de nombreuses traces de coups sur le corps de la victime, qui rendent la noyade accidentelle très peu probable. Très vite, les enquêteurs de la police judiciaire d »Orléans se focalisent sur un polo taché de sang retrouvé près de Sabria. Elle était venue le chercher un peu plus tôt chez sa mère et, le voyant pas nettoyé, avait lâché : « Ils vont me tuer. »

Forcément, le propriétaire de ce polo, Boubker Erroussi, est devenu le suspect numéro un. Ce 1er septembre 2003, l »homme a passé l »après-midi avec son ami Djemel Zaoui. Pas de chance pour eux : ce jour-là, un témoin les a aperçus tout près de l »endroit où Sabria a été repêchée et un autre dit avoir vu deux hommes, dont Erroussi, malmener une femme sur la berge du canal de Berry.

Les deux accusés se disent innocents depuis le début

Mais tout ne sera pas si simple lors de ce procès de trois jours. Les deux accusés, qui se disent innocents depuis le début, devraient demander l »acquittement. Après une longue instruction (trois ans et demi), les avocats de Boubker Erroussi et de Djemel Zaoui ont d »ailleurs fait appel de l »ordonnance de renvoi de leur client devant la cour d »assises du Cher. « Depuis le premier jour, mon client affirme qu »il est innocent, explique Eugène Bangoura, l »avocat d »Erroussi. Lui et Djemel Zaoui disent qu »ils n »ont jamais rencontré Sabria Moufoued le long du canal de Berry, le jour de sa mort. »

En octobre 2007, la chambre de l »instruction de la cour d »appel de Bourges a confirmé l »ordonnance de renvoi, et le pourvoi fait par les avocats des accusés devant la chambre criminelle de la cour de cassation n »a rien changé. Boubker Erroussi et Djemel Zaoui seront donc bien jugés pour le meurtre de Sabria Moufoued. « Et nous demanderons l »acquittement »,lance Eugène Bangoura.

Geoffroy Jeay
geoffroy.jeay@centrefrance.com