Assises du Var : le braqueur du golfe se revendique “pro”

Défendu par Me Ludovic Depatureaux, Mohamed Meghoufel ne reconnaît que le hold-up où il a été pris en flag. Pour les experts psychiatre et psychologue, l’accusé est sain d’esprit, et vit la vie qu’il a choisie. (Croquis d’audience Rémy Kerfridin)

Depuis hier dans le box de la cour d’assises du Var, où il encourt la perpétuité pour trois hold-up en récidive dans le golfe de Saint-Tropez, Mohamed Meghoufel, 45 ans, se présente comme un braqueur professionnel.Pour ce natif de Gardanne, dans une famille franco-algérienne de dix enfants, la société ne lui aurait pas laissé une chance de s’insérer ou de se réhabiliter.Il a adopté ce mode de vie vers 21 ans, et a indiqué qu’il était très soucieux de faire preuve de professionnalisme dans le vol à main armée.Il a cependant déjà connu deux “ accidents du travail ” qui lui ont valu de lourdes condamnations. Douze ans de réclusion devant les assises de Paris en janvier 1994. Dix ans de plus aux assises des Bouches-du-Rhône en septembre 2001, pour un braquage de banque et une tentative à Aix-en-Provence en 1998, un an après sa sortie de prison.Mohamed Meghoufel est sorti de détention en juillet 2006 après avoir purgé cette deuxième peine. Il y est retourné début janvier 2008 dans le cadre de la présente affaire. C’est son troisième passage devant une cour d’assises et il a déjà passé plus de seize ans en prison.Pour l’expert psychiatre, l’accusé aurait pourtant les capacités intellectuelles requises pour faire autre chose de sa vie.Sous filatures depuis un moisA l’époque des derniers hold-up, entre octobre 2007 et janvier 2008, Mohamed Meghoufel résidait au domicile d’une jeune femme à Cogolin. Il disait vivre de petits travaux d’électricité ou de jardinage au noir, auprès de particuliers dans le golfe de Saint-Tropez.Les photographies issues des caméras de surveillance des premières banques victimes d’attaques, exploitées par l’antenne toulonnaise du SRPJ, ont aussitôt attiré l’attention sur Meghoufel. Il se trouvait sous la surveillance quotidienne de la BRI de Marseille depuis un mois, quand il a été arrêté le 12 janvier 2008 en quittant précipitamment une banque de Gassin.

G. D.

Publié le jeudi 22 avril 2010 à 08H56

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.